Thèmes

afrique amis amour anges animaux annonce argent article belle bonne cadre cadres

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Auto (29)
· Cinema (135)
· Cuisine (96)
· Culture (548)
· Dossier (58)
· Histoire (182)
· Hommage (67)
· Hommage (49)
· Infos (563)
· Insolites (75)
· La foi (116)
· La foi (78)
· Lecture (212)
· Nos villages (103)
· Nouveautés (2)
· Opinion (121)
· Personnalités (40)
· Santé (156)
· Sport (433)
· Technique (74)
· Télé & sport (67)
· Television (143)
· Television yatima (86)
· Touriste (45)

Rechercher
Derniers commentaires

fatiha nesrine est un genie ,elle a l'art d'ecrire ,on devrait parler souvent de ces grands cerveaux algerien,
Par ismahane, le 19.03.2014

quelle coïncidence, oui votre regard et l émotion si présente dans le dit et le non dit de votre regard , auré
Par Bourseau, le 18.03.2014

on ne devrait plus à ce jour recevoir en consultation de podologie-diab étologie des patients au stade de l’am
Par vadon, le 09.03.2014

antar comment achete une carte omnia et du nouveau
Par antar, le 27.02.2014

cela part d'un bon principe à voir ce genre d'illustration . mais, le garder gris l'est tout autant pour le dé
Par shadow93, le 04.12.2013

Voir plus

Articles les plus lus

· Piratage tv: du nouveau
· Des femmes d'influence pour vendre la Tunisie de Ben Ali
· Montecados ou montecao ou Ghribia
· Jazeera Sport lance +9 et +10 et JSCsport3
· Le Coran, une méditation continuelle

· Le Jour de ’Arafat
· chourouk TV
· les mucucu ( pron. moutcoutchou)
· Les feuilletons turcs reviendront en force après l’Aïd
· Les voitures des stars du football
· RCA-Algérie en direct sur l’ENTV
· 50 feuilletons pour Ramadhan
· Chakchouka aux poivrons
· Youssef ibn Yacoub sur nessma tv
· Explosion de l’audimat avec la « Drama » turque

Voir plus 

Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Blogs et sites préférés

· hogra
· moneymillionnaire
· labellerebellekabylie


Statistiques

Date de création : 25.08.2009
Dernière mise à jour : 06.07.2011
3676 articles


television

halal sur tf1 et M6

Publié le 19/08/2010 à 10:40 par algerietele Tags : islam prière coran destin voile
halal sur tf1 et M6

Religion sans moralité: arbre sans fruit. Moralité sans religion: arbre sans racines.
Cardinal Spellman

Le Ramadhan est en train de pénétrer chaque jour le paysage audiovisuel français. Avec des produits de plus en plus halals sur les télévisions françaises. Cela répond surtout à une communauté de plus de 6 millions de musulmans en France et surtout la seconde religion en France. Le marché du halal, en France, pèsera bientôt 5 milliards d’euros, c’est deux fois la valeur du marché du bio. Il n’est pas une marque de l’agroalimentaire ni une enseigne de la grande distribution qui ne se soient lancées, sans associer les produit hallal. C’est Zakia Halal qui a lancé la première, l’offensive sur le petit écran français. Cette marque de Panzani est la première à avoir diffusé un spot sur TF1 et M6. Elle sera bientôt suivie par d’autres grands groupes de l’agroalimentaire. L’alimentaire halal sort des circuits de distribution spécialisés et investit progressivement les grandes surfaces, dont les médias de masse restent le principal levier pour activer les ventes. Le message Zakia se contente toutefois, d’aller à l’essentiel: la marque diversifie ses produits, avec des sauces et des plats cuisinés, accessibles dans les rayons des supermarchés. La signature, elle, joue sur une rime aussi basique que la promesse: «Zakia Halal, toujours un régal». Les consommateurs musulmans sont unanimes. Ils aspirent à être enfin représentés comme des consommateurs modernes, identifiant le halal à la cuisine thaïlandaise ou aux hamburgers américains.
Avec Isla Délice, le marché franchit un cap cette année, en matière d’approche publicitaire. Isla Délice revendique haut et fort sa position de pionnier et de leader du marché. Les affiches, visibles sur 6000 panneaux dans 150 villes en France, ont montré pendant huit jours un splendide boeuf charolais ou un poulet hiératique, flanqué du slogan «Fièrement halal». Ils ont délibérément choisi des images très qualitatives dans l’univers de l’agroalimentaire et veulent débarrasser le halal des clichés orientalistes, islamistes ou de type arabesque et danse du ventre. L’objectif est de faire parler Isla Délice comme la grande marque alimentaire très diversifiée qu’elle est, et non comme une marque communautaire. Les dépenses consenties par les ménages français dans l’alimentaire halal ont été multipliées par vingt en cinq ans. Un chiffre qui traduit la croissance de l’offre sur ce marché, mais également une demande qui dépasse évidemment le cadre du Ramadhan. Or, la communication de la marque Halal reste cantonnée à cette période: le Ramadhan. Pour s’imposer face à leurs concurrentes généralistes, elles devront aussi parler tout au long de l’année.

amirasoltane

Notre zapping

Publié le 16/08/2010 à 10:46 par algerietele
Notre zapping

Notre zapping du jour s’intéresse au feuilleton diffusé depuis le premier jour du mois de Ramadan par plusieurs chaînes arabes, il s’agit de Ayza adgawiz (je veux me marier). Un vœu que partagent bon nombre de femmes et, bien évidemment, une grande frange d’Algériennes. L’actrice Hind Sabri, qui campe le rôle principal dans cette série à caractère humoristique, donne la parole à plusieurs femmes à travers des situations réelles qui ne laissent pas indifférent. Le feuilleton est très regardé par les téléspectateurs (téléspectatrices, surtout) algériens.
L’auteur du feuilleton, Ghada Abdel Al, a confié à travers ses interviews, que contrairement à ce qui se dit sur ce feuilleton, il ne retrace nullement sa vie personnelle, en précisant qu’elle s’est inspirée de situations vécues par ses amies qui vivent leur célibat comme une crise sociale. L’auteur ne tolère pas l’appellation de «aaaness» (vieille fille) avec laquelle on désigne la femme qui dépasse ou frôle la trentaine. Pour Ghada Abdel Al, à travers son récit, elle représente 15 millions de femmes arabes, qui, selon certaines statistiques, celles âgées entre 25 et 35 ans subissent la pression de la société en raison de leur célibat. Dans un article qu’elle a publié dans un journal arabophone, elle dira que «le célibat des femmes a causé le suicide de 2 700 femmes en Egypte l’an dernier». Au départ, son écrit fut diffusé sur Internet et elle ne pensait pas qu’il pouvait être adapté à la télévision jusqu’à ce qu’elle ait eu une proposition dans ce sens. Tout a commencé par la création d’un blog dont l’initiatrice, Ghada Abdel Al, une célibataire et fière de l’être, semble surprise par son propre succès. «Quand j’ai commencé à écrire mon blog en 2006, mes lecteurs se demandaient si j’étais trop moche ou trop stupide pour trouver un mari» avait-elle déclaré suite au succès qu’a connu son blog et par la suite son livre. Intitulé Je veux me marier, son livre traite, avec un humour dévastateur, les différentes péripéties vécues par son héroïne à trouver un mari. Sorti en 2008, ce livre a déjà été vendu à 35 000 exemplaires. Il fut traduit en italien, en allemand, en néerlandais et en anglais. Belle histoire que celle de cette bloggeuse, qui dresse de redoutables portraits d’hommes, mi-ridicules, mipathétiques, et se retrouve en un temps record à la tête des feuilletons télévisés. Ainsi, son histoire est partie de simples confessions sur un blog pour se retrouver sur les écrans télé du monde arabe ! Depuis le premier jour du Ramadan, le téléspectateur assiste au quotidien d’Oula (interprétée par Hind Sabri) médecin en pharmacie, qui tente de se marier mais n’y parvient toujours pas malgré les demandes qu’elle reçoit. Le feuilleton est présenté sous forme d’une comédie sociale très attrayante et attachante. Pour sa part, l’actrice Hind Sabri, qui à la lecture du livre fut tout de suite séduite par ce projet, estime que le célibat de la femme est une crise sociale des plus complexes. Le recours à la comédie est pour l’actrice un bon moyen de transmettre ce message sensible. Malgré les réticences de l’actrice principale quant à paraître pour la première fois dans un style différent en interprétant son rôle de manière comique, les premières appréciations du public semblent toutes favorables et le suivi est des plus assidus et attendus, car chaque jour l’auteur nous offre une situation nouvelle, empreinte d’anecdotes que bon nombre de femmes célibataires ont vécu.
Amel B.

polemique tv

Publié le 15/08/2010 à 10:13 par algerietele Tags : tv comedie ramadhan algerie
polemique tv

Comme il fallait s’y attendre, une grande polémique est née depuis quelques jours en Tunisie, suite à l’annonce des deux chaînes tunisiennes privées de programmer trois feuilletons iraniens traitant de la vie des prophètes. Hannibal TV a programmé deux feuilletons iraniens, Marie la Vierge et Jésus, alors que Nessma TV a choisi de diffuser le feuilleton Youcef Al Seddik. Des avocats ont adressé une lettre au mufti pour censurer ces oeuvres sous un prétexte religieux. Les musulmans sunnites n’ont jamais accepté l’incarnation des prophètes dans les films, les feuilletons ou la photographie.
D’après les diverses interprétations des imams, il est interdit par la religion musulmane d’incarner physiquement les prophètes et leurs proches. Ce n’est pas le cas pour les musulmans chiites, qui n’opposent aucune restriction pour la mise en images des prophètes. Seul le prophète Mohamed (Qsssl) n’a pas été incarné par les Iraniens et cela pour ne pas créer une guerre médiatique avec les pays arabes. La sillouette du Prophète (Qsssl) est souvent montrée dans les miniatures perses, avec néanmoins un léger voile blanc sur le visage.
Concernant la diffusion sur des chaînes tunisiennes des feuilletons incarnant les prophètes, les deux chaînes privées avaient expliqué qu’avant l’achat de ces produits iraniens, elles ont demandé le conseil de Ahl Al Dhikr. Les avocats, quant à eux, attendent la réponse du mufti tunisien, Othmen Batikh, qui donnera son avis selon Al Charia. Il faut savoir que la censure des trois feuilletons n’est possible qu’à travers le tribunal. En effet, puisque les chaînes sont privées, ni le mufti ni les avocats ne peuvent interdire Hannibal TV et Nessma TV de diffuser leurs produits iraniens. Nessma TV a déja gagné une affaire juridique après la polémique née de la diffusion d’un feuilleton portant atteinte à Saddam Hussein. Deux journalistes, spécialistes en audiovisuel, ont soutenu la diffusion des feuilletons iraniens sur les deux chaînes privées tunisiennes à travers des vidéos diffusées sur le site Tuniscope.com. Mais le feuilleton qui risque le plus d’enfler la polémique c’est bien Youcef, et qui sera diffusé sur Nessma TV. Il est considéré comme un Bien-Aimé dans le Saint Coran, alors que la vie des personnages chrétiens Jésus et Marie, n’influent pas sur la vie des musulmans. Le feuilleton iranien Youcef a été déjà diffusé l’année dernière sur la chaîne libanaise du parti chiite Hizbollah, El Manar et il est actuellement diffusé sur la chaîne Abou Dhabi Drama. Mais jamais sur une télévision syrienne, jordanienne, ou maghrébine.
L’Algérie a été le deuxième pays du Maghreb à diffuser des feuilletons iraniens, mais elle a pris le soin de choisir des feuilletons qui parlent de l’Islam et pas des prophètes. Le feuilleton iranien qui est de très bonne qualité technique, est diffusé sur la chaîne A3, très suivi par les Algériens, mais aussi par certains pays arabes voisins. En revanche, le Maroc, très conservateur de ses valeurs sunnites n’a pas cru bon acheter des feuilletons iraniens.

amirasoltane

la tv en 3D

Publié le 12/08/2010 à 13:34 par algerietele Tags : technics hightech ntic
la tv en 3D

Samsung nous a prêté de quoi tester la télévision en relief. A l'occasion de ce test, nous faisons également le point sur les contenus 3D à venir, d'ici l'année prochaine.

Plusieurs questions nous tarabustaient à propos des téléviseurs 3D... Que valent-ils par rapport au cinéma ? L'immersion est-elle aussi bonne avec un écran plus petit ? Lorsqu'on rentre d'une longue journée de boulot, a-t-on envie de se coltiner les lunettes et de risquer un mal de crâne ? Et finalement, le surcoût se justifie-t-il ? 

Autant de questions auxquelles nous allons enfin pouvoir répondre, grâce au matériel que Samsung nous a prêté : un téléviseur série 7700, sa platine Blu-ray compatible et un jeu de lunettes 3D.

Avant de plonger dans nos impressions, il faut faire le tour du matériel, voir de quoi on parle. C'est grosso modo l'équipement de base si l'on veut s'équiper en 3D, sans cibler le haut de gamme.
Téléviseur à 1500 euros environ (UE40C7700, 2000 euros pour sa version 46 pouces), platine à 275 euros, la Samsung BD-C6900. Sans oublier les lunettes,  à 150 € pour des rechargeables ou 100 € à pile...

Quant au câble HDMI, nous avons pu utiliser un classique de version 1.3 sans souci.  

Le passage à la 3D entraîne un surcoût important. Le modèle équivalent en 2D, le Samsung UEB7000 en 46 pouces se trouve à 1425 euros, contre 2000 euros pour le C7700 de la même taille.

Le téléviseur en lui même ne présente pas de surprise. C'est du haut de gamme Samsung avec toutes ses qualités : un design très efficace et fin (rétro-éclairage LED Edge), un contraste élevé avec un superbe noir... Et des couleurs de base fausses, pimpantes, à dominante de bleu. Passer en mode Cinema pour corriger le gros des défauts. L'image est parfaitement fluide, grâce au mode 200 Hz. Pas de surprise non plus côté son, plutôt médiocre, sans basse.

En 3D le rendu reste très bon, pas de perte visible de qualité d'image sur un Blu-ray 3D. Excepté la perte de luminosité importante, obligatoire avec les lunettes.

Et oui, nous avons préféré regarder un Blu-ray en 3D sur le téléviseur de Samsung qu' un film en 3D au cinéma. On ne parle pas de la qualité du film, bien entendu, mais du confort de visionnage. Les lunettes sont plus confortables, plus légères, et comme il est plus simple de se placer bien en face de l'écran, la fatigue visuelle nous a semblé moindre.  

Attention toutefois à la taille du téléviseur. Nous nous sommes placés assez proches de l'écran pour plus d'immersion, et les angles de vision étant étroit (surtout en 3D), on doute de l'intérêt de la 3D sur une dalle de moins de 100 cm. Surtout si on veut regarder son film à 2 ou plus... A moins de se placer à 1 mètre.

Honnêtement, passé le premier effet de surprise, lorsqu'on rentre du boulot, surtout après une journée passée derrière un écran, on hésite vraiment à regarder son film en 3D. La fatigue visuelle reste sensible, et malgré tous les efforts faits en matière de confort, la gêne reste un peu trop présente lorsqu'on ne pense qu'à se détendre.

Et on parle bien ici de Blu-ray 3D, car la conversion 2D en 3D intégrée est bien plus fatigante et pour le coup, peut même nuire à la qualité d'image.  C'est un peu différent pour le jeu vidéo, capable de tellement nous absorber qu'on en oublie la gêne. A quantité raisonnable. Le téléviseur est d'ailleurs capable de convertir votre image de jeu 2D (de Xbox ou PS3) en 3D.

Par un heureux hasard de calendrier, alors que nous testions le téléviseur de Samsung, Nvidia a rassemblé de nombreux acteurs de la 3D pour faire le point sur les produits et contenus à venir. Et il serait temps, car aujourd'hui il n'existe que 2 films Blu-ray 3D, dont un seul en vente libre : Tempête de boulettes géantes (Monsters vs Aliens est en Bundle avec le matériel de Samsung).  

Une situation qui devrait heureusement vite changer. Il faut savoir que depuis début 2010, 33% des revenus du box office ont été faits par des films en 3D.  

Et Warner Bros comme Dreamworks ont promis que d'ici 2011, toutes leurs grosses productions seront en 3D.

Heureusement qu'on n'est pas obligé de compter sur le Blu-ray pour profiter de la 3D. Le streaming de contenu en relief existe et fonctionne bel et bien. Y compris sur YouTube, avec des vidéos de qualité (en 720p) pour peu qu'on dispose d'une bonne connexion.

Et en attendant la VOD 3D,  c'est le sport qui constitue le gros du contenu. On a pu voir du golf, où avouons-le, l'intérêt est limité, mais aussi de l'athlétisme et du football, pour le coup réellement plus intéressants. La perception des distances et de la profondeur particulièrement bluffant lors des passes transversales.

Le PC reste un lecteur Blu-ray des plus intéressants, surtout lorsqu'on parle 3D et qu'on a une bonne carte graphique. De plus, couplée à Power DVD 10, la puissance de calcul de celle-ci sert à convertir Blu-ray et DVD en 3D de manière satisfaisante.  

Mais c'est pour les joueurs qu'on trouve tout l'intérêt, grâce au logiciel 3DTV Play. Le PC se synchronise tout simplement avec le téléviseur 3D, son récepteur et ses lunettes, pour permettre de jouer en relief avec tous les jeux PC récents. Pas besoin alors d'investir dans un kit 3D pour PC (3D Vision).

Les vidéoprojecteurs 3D ready se révèlent également intéressants, notamment car ils sont adaptés à une utilisation épisodique et surtout car ils se révèlent bien moins chers. Acer propose par exemple des modèles 720p 3D Ready à partir de 500 euros ! Une sérieuse concurrence aux téléviseurs hors de prix ! On en saura plus lors d'un prochain test. 

Pour accompagner les écrans 3D, Fugifilm, Sony et bientôt Panasonic annoncent des appareils photos numériques aptes à prendre des photos en 3D. L'intérêt nous semble a priori plus mince.

Impossible de nier les qualités de la 3D sur des Blu-ray 3D ou du jeu vidéo. C'est beau, efficace, immersif. Mais si c'est plus confortable qu'au cinéma, une fatigue visuelle demeure. Peut être que cela passera avec l'habitude, mais une utilisation quotidienne sembe exclue.

Surtout le problème vient du prix. On arrive à une différence de 800 euros entre une installation 2D et une 3D de niveau comparable, chez Samsung (idem chez LG ou Sony). Car le surcoût est de 500 euros pour l'écran, mais il faut ajouter 100 euros de plus pour un lecteur BD 3D, et 200 euros de lunettes (pour en avoir 2 paires quand même)

audiovisuel et le maghreb

Publié le 10/08/2010 à 10:19 par algerietele
audiovisuel et le maghreb

«Les approches dans le tourisme sont reproduites dans l’audiovisuel, le projet porté par la Tunisie avec Nessma TV aspire au grand public alors que celui de Med1 Sat est plus sélectif, plus élitiste.»
Hamid Tlemçani, enseignant en sciences de l’information à Alger

Le Maghreb arabe est devenu, en l’espace de quelques années, le terrain privilégié pour le lancement de nouvelles chaînes de télévision. De par sa superficie de plusieurs millions de kilomètres carrés partagée en cinq pays, de par sa diversité culturelle et sa spécificité linguistique maîtrisant aussi bien le français que l’arabe et surtout de par son marché de 80 millions de téléspectateurs porteur pour la publicité et la grande consommation, le Maghreb est devenu le quatrième marché mondial émergent de consommation après l’Asie, l’Afrique et le Moyen-Orient. Plusieurs investisseurs ont misé sur ce moreau de terre qui est en train de concurrencer de plus en plus le Moyen-Orient. Désormais, à côté du Middle East, il y a le Maghreb United qui est à une heure d’avion de l’Europe. Cette zone est prisée surtout par les investisseurs européens en quête d’un nouveau marché et vierge, après la saturation des marchés européen et oriental. C’est aussi sur cette zone qu’a voulu investir le magnat des médias italiens, Berlusconi. Sur les conseils du Franco-Tunisien et neveu de Bourguiba, Tarek Ben Ammar, il relance une chaîne tunisienne privée à l’agonie, Nessma TV. Berlusconi et Ben Ammar savaient que l’espace était vide et qu’il fallait investir, aussi bien dans le divertissement que dans l’événementiel sportif, pour se faire une place, face au vide audiovisuel qui caractérise les pays du Maghreb. Le Maroc a été le précurseur dans ce domaine en lançant Med1 Sat, une chaîne de télé privée à capitaux étrangers, pour donner au paysage audiovisuel marocain, d’abord et maghrébin ensuite, ce qui lui manquait. Mais, Med1 Sat s’est trompé de cible en optant pour un public élitiste dans une société marocaine qui souffre de l’analphabétisme et de la pauvreté intellectuelle. Dans ce dessein audiovisuel inachevé, l’Algérie est la plus visée par les investisseurs audiovisuels étrangers. L’Algérie et ses 150 milliards de dollars, ses marchés de consommation vierges et surtout sa liberté de ton politique et artistique, plus large que la Tunisie et le Maroc, font d’elle le client audiovisuellement parfait. Mais pour le moment, le gouvernement ne souhaite pas ouvrir son paysage audiovisuel au privé. Ce qui n’empêche pas quelques télévisions privées, à l’image de Nessma TV, d’investir grâce à des boîtes de communication et de publicité installées en Algérie et décrocher quelques milliers d’euros des rentrées publicitaires des annonceurs algériens. L’Algérie est devenue une niche importante. Cette approche commerciale et de marketing est maîtrisée par les frères Karoui, qui sont considérés dans le milieu comme les Shark de la publicité. Mais ce n’est pas le cas pour Beur TV de Nacer Kettane, qui n’a pas réussi à décrocher des marchés publicitaires en Algérie pour faire vivre sa chaîne de télévision dite méditerranéenne. A côté de Nessma TV, Medi1 Sat, les francophones et arabophones tentent de récupérer leur part du marché maghrébin. C’est ainsi que le groupe saoudien MBC, qui s’est bien implanté en Orient, a créé une chaîne destinée au public maghrébin diffusée sur Hotbird: MBC Maghreb. Son programme est différent des autres chaînes du groupe diffusé sur Nilesat, car elle vise notamment une clientèle marocaine ou algérienne à travers des programmes bien spécifiques. La chaîne arabe sera suivie dans sa vision par le programme francophone TV5, qui vient de lancer à son tour TV5 Maghreb-Orient, après avoir constaté dans son étude de marché que seuls les Maghrébins regardaient TV5 Orient.

amirasoltane

50 feuilletons pour Ramadhan

Publié le 05/08/2010 à 10:02 par algerietele Tags : tv comedie ramadhan
50 feuilletons pour Ramadhan

Au moment où Hakim Dekar fait du marketing pour faire connaître sa little série sur Djeha dans laquelle ne figure aucune star arabe, la scène audiovisuelle arabe s’apprête à lancer durant ce Ramadhan plus de 50 feuilletons. Un record qui s’explique par l’abondance des espaces de diffusion sur plus de 100 chaînes arabes. Ce sont les Egyptiens qui détiennent le record des moussalssalet, avec 35 productions contre 10 feuilletons au financement arabe et 5 au financement syriens. Malheureusement aucun programme algérien n’a été vendu pour les autres chaînes arabes, même pas pour les télévisions maghrébines qui comprennent notre dialecte. Parmi les feuilletons les plus chers et les plus grandioses, on retiendra «Cléopâtre» une production égyptienne au financement arabe interprété par la comédienne Soulef Fawakherji qui a notamment joué dans Asmahane. Le feuilleton qui a coûté plusieurs millions de dollars n’a pas été de tout repos puisque plusieurs incidents ont marqué cette production: l’acteur soudanais Yasser Abdellatif, s’est blessé après une chute d’une hauteur vertigineuse, l’actrice principale, Soulef Fawakherji, s’est blessée en trébuchant sur les lieux du tournage, ce qui lui a valu une rupture des ligaments au pied. Mais cela ne l’a pas empêchée de poursuivre le tournage une dizaine de jours après. Le péplum arabe sera diffusé sur la nouvelle chaîne privée égyptienne Al Qahira Wa-ennas, mais aussi sur Rotana Khalijiya et Nile Drama. L’autre grand feuilleton politique est «Al Jamâa» (communauté) avec Iyad Nassar et Abde Fahd et raconte la vie du créateur de l’association des frères musulmans, Hassen El Bana. En dépit de son contexte politique et religieux controversé, la série, qui est très demandée, sera diffusée sur la chaîne publique Al-Masryia et celle privée Al Qahira Wa-ennes. D’autres productions sont attendues. «Al Malika Nazli» (La reine Nazli) avec Nadia Al Jondi diffusée sur Al-Masryia. «Kon Sadikan lidayan» (Sois ami avec Dayan) avec Tim Al Hassan, sur Al-Masryia, «Maoued Maa Alwouhouch» (RDV avec les monstres) sur Al Hayat TV, «Chahed Ethbat» diffusée sur Al Hayat TV, Al-Masryia sur Abu Dhabi. La série la plus attendue demeure «Kadhiyat Safiya» (La cause de Safia) avec May Ezzedine, la fiancée du jour égyptien Mohamed Zidan, qui sera diffusée sur LBC, New Tv, Orbit, Tunisie 7, Maroc TV et Assoumariya alors que la série comique controversée «Rajel W a set settat» (Un homme et six femmes) avec Achraf Abdel Baki sera basculée sur 11 télévisions arabes: Al Hayat TV, Abu Dhabi, Assoumariya, New TV, Yemen TV, Maroc TV, Tunisie 7, Doniya, Syria TV, Orbit, et Al-Masryia. Un record pour une seule production. Le feuilleton «Ayza Atgaouez» (Je veux me marier) avec la comédienne tunisienne Hend Sabri, sera diffusé sur Nessma TV, Assoumariya, Abu Dhabi, Orbit et MBC; quant à «Al Haja Zohra wa azwajha al khamsa» (Zohra et ses 5 époux) avec Ghada Abderrazek, il sera diffusé sur NBN, Hekayat, Future TV, Melody Drama, Tunisie 7, Maroc TV, Orbit et Nile Drama. Les problèmes de couples, la dramatique sociale et surtout la comédie, sont les trois sujets les plus abordés. A titre d’exemple, on citera «Montaha el-Ichk» (L’amour ultime) avec Menna Fedhali et Nihel Anbar, diffusé sur Al-Masryia, Al-Dhafiriya, Panorama Drama, et Future TV. Deux productions égyptiennes sont également très attendues: «Bechamaâ Al Ahmar» (A la cire rouge) avec Yossra, sur Al-Masrya et Dubai TV et «Cheikh Al-arab Hammam» avec Yahiya Fakharani, diffusée exclusivement sur Al Hayat TV.

amirasoltane

la grille de nessma selon amira

Publié le 29/07/2010 à 10:26 par algerietele Tags : tv comedie ramadhan algerie
la grille de nessma selon amira

Après plusieurs semaines d’hésitation et de tergiversation, la direction de Nessma TV a fini par dévoiler sa grille de Ramadhan 2010. Une grille qui se démarque de celle de l’année dernière par la mise en valeur de la production Nessma TV. En effet, les frères Karoui ont réalisé trois productions avec leurs fonds propres. Cette chaîne vise à faire de l’audience avec son sitcom maghrébin «Nsibiti El Aziza» interprété par les Tunisiens Mouna Nouredine, Sofiène Chaâri, Kaouther Bardi, Saoussen Maalèj...et l’Algérienne Biyouna. Nessma TV a produit également le sitcom«Malla Zhar»: une comédie de 12 minutes réalisée par Sami Bel Arbi et qui sera diffusée pendant la première quinzaine du Ramadhan avec Kaouther Belhaj, Taoufik El Bahri et la standardiste vedette de Ness Nessma, Maha Chtourou. D’ailleurs, Maha Chtourou qui a les faveurs de Nabil Karoui, a décroché un autre rôle dans une émission culinaire appelée «couzinetna Hakka» au cours de laquelle Maha fait le tour des spécialités maghrébines. Parmi les feuilletons achetés par Nessma TV pour le Ramadhan 2010, on retiendra «Ayza atgawaz» avec en vedette la comédienne tunisienne installée en Egypte, Hind Sabri, et qui est prévu pour la deuxième quinzaine du Ramadhan. Le feuilleton n’est pas une exclusivité de Nessma TV puisqu’il sera diffusé à la fois sur la chaîne Assoumariya, Abu Dhabi TV, Orbit et la chaîne saoudienne MBC. Nessma TV diffusera également la cinquième et la dernière saison de «Bab El Hara» et cela, au même titre que la chaîne MBC1. Les frères Karoui ont confirmé l’information avancée par l’Expression sur la diffusion sur une chaîne arabe du feuilleton iranien «Youssef Seddik» mettant pour la première fois à l’écran un personnage du Livre saint à l’écran. Enfin, la grille pauvre de Nessma TV verra également la mise en place d’une émission de télé-réalité «Jek El Marsoul» inspirée d’une émission italienne Tele Cinquo de Berlusconi «C’é posta per te». Mais profitant de la présence des journalistes algériens, le patron de Nessma TV, Nabil Karoui, a voulu lancer des messages vers Alger, indiquant qu’il n’ y a aucun problème avec les autorités algériennes et que sa meilleure audience est en Algérie avec plus de 30%. Le responsable de Nessma TV a innové en matière de marketing, et pour contester les études de Sigma Conseil qui lui sont défavorables, il a présenté une étude d’opinion «avancée» sur les attentes des téléspectateurs avant le Ramadhan. Ainsi l’enquête, réalisée par «Tunisia Field» (favorable à Nessma TV) sur un échantillon de 820 personnes, réparties selon la méthode des quotas, en respectant les critères du sexe, âge et CSP (Classe socioprofessionnelle) durant la période du 7 au 11 Juillet 2010, révèle que 50% des téléspectateurs attendent avec impatience, le sitcom «Nsibti Laâziza» et «Youssef Essedik» sur Nessma TV, oubliant au passage que l’audience en Algérie durant le ramadhan est dominée par le programme de l’Entv à 91% et que le reste de l’audience est partagé entre l’Orient et l’Occident. Il n’y aura donc aucune place pour Nessma TV durant ce Ramadhan 2010, dans les foyers algériens. Si «Nsibti Laâziza» n’a aucune chance de battre l’audience de l’Entv, le feuilleton iranien «Youssef Essedik» sera l’attraction de Nessma TV, puisque vu son caractère religieux sacré il sera la curiosité des téléspectateurs arabes et algériens et peut-être sujet à Fatwa et polémique.

amirasoltane

Ramdhan karim et la télé

Publié le 28/07/2010 à 10:28 par algerietele Tags : tv comedie ramadhan algerie
Ramdhan karim et la télé

Pour la première fois depuis l’Indépendance, la Télévision algérienne ne diffusera pas de moussalssalate masrya sur sa grille de Ramadhan.

Malgré les tentatives de réconciliation des Égyptiens, la Télévision nationale a maintenu son boycott des productions audiovisuelles égyptiennes, suite à la campagne acharnée des télévisions privées et publiques égyptiennes contre l’Algérie. L’Entv a, pour la première fois depuis l’Indépendance, décidé de ne pas diffuser de moussalssalate masrya sur sa grille de Ramadhan, puisqu’elle jeté son dévolu sur la production syrienne, au moment où plus de 26 feuilletons égyptiens sont programmés pour le mois de Ramadhan sur les chaînes arabes. Cette décision a été prise sur pression exercée par les millions de téléspectateurs algériens qui n’ont pas apprécié le caillaissage, du bus de l’Equipe nationale de football au Caire, un certain 12 novembre 2009 et encore moins que des Egyptiens brûlent le drapeau algérien et insultent nos valeureux martyrs.
Officiellement, la nouvelle grille de Ramadhan n’a pas été révélée, mais nous dévoilons dans ce dossier l’ensemble des productions arabes et algériennes qui seront diffusées par l’Entv.
Selon certaines informations, trois feuilletons syriens ont été acquis par l’Entv à coups de dizaines de millions de dollars. Parmi ces feuilletons on notera l’adaptation de l’oeuvre d’Ahlem Mostaghanemi et de son oeuvre Dakirat Al Jassad (la Mémoire de la chair), dont le tournage se poursuit ces jours-ci à Constantine. Interprété par la vedette syrienne Djamel Souleiman et la chanteuse algérienne Amel Bouchoucha, Dakirat Al Jassad raconte l’histoire de Khaled, un ancien moudjahid, qui a choisi l’exil. Devenu à Paris un peintre célèbre, une femme le rappelle à son passé: Hayat, la fille de son ancien chef de maquis, qu‘il a connue lorsqu’elle n’était qu’une enfant. Mémoire de la chair est avant tout une oeuvre littéraire majeure, récompensée par le prestigieux prix Naguib Mahfouz et le prix Nour de la meilleure oeuvre féminine en langue arabe. Plus qu’ un roman, c’est un hymne à une ville ancestrale: Constantine, Ksantina, Cirta, la ville des Ponts, le Vieux Rocher...autant de noms qui chantent la cité adulée et blessée, symbole d’une Algérie meurtrie par des années de guerre et le tragique échec des idéaux révolutionnaires de l’indépendance. L’Entv a tenu à casser la tirelire pour s’approprier ce feuilleton qui parle à la fois de l’Algérie et de son histoire cachée. Ce feuilleton sera probablement diffusé en prime time (entre 21h et 21h30) comme la série dramatique du Ramadhan en l’absence de feuilletons algériens de qualité. L’Entv a programmé également deux grandes superproductions religieuses syriennes: Laylat Soukout Gharnata interprété également par le Syrien Djamel Souleiman, le Marocain Mohamed Miftah et l’Egyptien Samer El Masry. Mais le plus grand travail artistique demeure le feuilleton Kaakaa, qui est considéré par les spécialistes comme la plus grande production historique syrienne et arabe puisqu’il a été tourné au Maroc avec les meilleurs cascadeurs espagnols et en Inde pour des décors pharaoniques. Ces feuilletons arabes seront probablement programmés sur le canal A3, à destination du téléspectateur arabe, alors que pour Canal Algérie et la terrestre Entv, on optera probablement pour un programme national, probablement le feuilleton de Messaoud Laïb Le dernier souvenir, écrit comme d’habitude par sa femme Fatima Ouzane.

Vive la caméra cachée
L’humour constitue néanmoins la part belle de la grille du Ramadhan. Il est partagé entre caméra cachée et le sitcom. Cette année, trois caméras cachées sont inscrites au programme: la plus attendue est Wach Dani de Djaâfar Gassem, qui revient à la caméra cachée après deux saisons de Djemai Family et un feuilleton dramatique.
Sa première caméra cachée avait fait un tabac avec Mourad Khan et Didi Hassen.
Cette fois, le réalisateur le plus talentueux de sa génération, nous revient avec une caméra cachée très audacieuse, avec comme principe: piéger des stars. Son complice est Hakim Zeloum, une étoile montante de la comédie algérienne qui s’est illustré dans la version algérienne de Un gars et une fille et surtout dans le rôle du mendiant dans la série Djemai Family. Wash Dani qui sera diffusé juste après le Ftour a piégé plusieurs stars parmi lesquelles Rabah Saâdane, Antar Yahia, mais aussi la grande comédienne syrienne du film Errissala, Mouna Wassef et toute une pléiade de comédiens algériens. Mais d’autres caméras cachées sont attendues, notamment celle réalisée par Ahmed Titach, ancien assistant de Hadj Rahim dans la première caméra cachée de la télévision algérienne. Côté sitcom, en l’absence de la Famille Djemai et Hadj Lakhdar, c’est la série Madjnoun télévision, réalisée par Kamel Bennabi, qui est très attendue par les téléspectateurs. Elle met en vedette pour la première de sa carrière, Farid le Rockeur, qui est présenté comme un fou de la télévision. Farid le Rockeur a toujours joué la doublure des vedettes télé comme Djalti, Kamel Dynamite, Souileh ou encore Biyouna. Cette fois, il campe un rôle à sa grosse mesure. L’autre sitcom attendu est signé Hadj Rahim et s’intitule Zouadj lila oua tadbirtou aâm, avec une pléiade de comédiens de la scène audiovisuelle: Atika, Zeouani Radjaai et Smaïl Aïssaoui. Le sit com reprend le principe de la série Souk Hadj Lakhdar avec presque les mêmes comédiens. Mais le sitcom le plus fou et le plus déjanté c’est Saad El Guat réalisé par Yahia Mouzahem avec en vedette, Mohamed Bouchaïb plus célèbre sous le nom de Aristo dans Djemai Family. Les sitcoms venus de l’Est sont également très présents dans la grille, à l’image du grand retour de la série Aassab oua Aoutar de l’un des plus anciens réalisateurs sur la scène audiovisuelle algérienne, Mohamed Hazourli et toute l’équipe de la série: Antar Hellal, Rachi Zaghmi, Nawel Zaatar, Abdelhamid Habbati, et quelques nouveaux visages issus de l’association théâtrale de Constantine «Mesrah El Belliri». Il y aura le grand retour de Djeha avec Hakim Dekkar, mais aussi la série Sur la ligne (Aala Khat) de Mehdi Abdelhak avec en vedette, l’inamovible Bakhta. Côté programme culinaire, la société de Riad Redjdal propose une émission culinaire branchée, copiant le principe de Canal+. En effet, l’émission Rass El hanout, verra la présentation d’un plat avec un chef maghrébin venu de France, avec comme animatrice l’ex-employée de l’Entv Salima Abada, devenue depuis une star de la chanson branchée. Sur la chaîne coranique, on retrouvera une nouvelle série éducative et religieuse intitulé Nass oua Nass, produite par le réalisateur d’El Fhama, Mohamed Sahraoui avec comme vedette Hamid Achouri, Madani Naâmoun, Samira Sahraoui et Farida Krim.

Le peuple a tranché
En l’absence de Slimane Bakhlili en conflit avec l’Entv, c’est Bilal Djaâfar, un jeune diplômé en science islamique, qui présentera cette année l’édition de Forsan El Qoran. En définitive, la grille TV du Ramadhan 2010 est très riche. Une diversité audiovisuelle qui va sûrement donner un aperçu de l’Entv version Leulmi, sachant que l’année dernière, la Télévision algérienne avait présenté un programme lancé déjà par HHC avant son départ. La grille du Ramadhan 2010 signera définitivement l’alternance du changement avec de nouvelles règles en perspective. En effet, l’Entv, depuis l’arrivée de Leulmi en novembre 2009, a procédé aux appels d’offres publics pour choisir ses programmes. Vingt-deux ont été choisis par la commission interne de l’Entv. Le directeur de la Programmation de l’Entv, Mustapha Khelifi, qui se charge de vérifier la qualité des productions aura la grande responsabilité de programmer toutes ses productions sur la grille de Ramadhan 2010 et, contrairement aux années précédentes, plus de la moitié des programmes PAD (prêt à diffuser) ont été réceptionnés par l’Entv. Reste au public de juger

une histoire à la rive gauche d'El-Harrach

Publié le 26/07/2010 à 10:39 par algerietele Tags : tv comedie ramadhan algerie
une histoire à la rive gauche d'El-Harrach

Lors du premier tour de manivelle de cette «première comédie musicale algérienne», certains avait parlé (et écrit) que ce sera un «West Side Story» made in Algeria. Ce long métrage américain réalisé par Jérôme Robbins et Robert Wise est sorti en 1961. Il est une adaptation d’un spectacle de Broadway du même titre, adapté, de son côté de Roméo et Juliette de William Shakespeare.
Une fièvre, qui n’a rien à voir avec le samedi soir, nous avait empêché d’assister à la projection presse du film Essaha, lundi, à la salle «réfrigérée » d’El Mouggar. Lors du premier tour de manivelle de cette «première comédie musicale algérienne», certains avait parlé (et écrit) que ce sera un «West Side Story» made in Algeria (rien moins que ça). Maintenant que le film est sorti, la montagne a-telle accouché d’une souris ou c’est le contraire qui s’est produit, car à l’arrivée, il y a un long métrage, théoriquement, pour le cinéma et un feuilleton de 18 épisodes pour la télévision. Nous avons également et pour la même raison (fièvre) raté la conférence de presse de Dahmane Ouzid, Salim Aïssa et Belkacem Hadjadj, respectivement, réalisateur, scénariste et producteur de Essaha (la place). La lecture des comptes rendus et commentaires dans la presse n’a pas éclairé notre lanterne sur la qualité du film. On continue à parler de «première comédie musicale algérienne », oubliant Mélodie de l’espoir de Djamel Fezzaz et les tas d’autres fictions musicales montrés à la télévision algérienne. A titre d’exemple, Mohamed Hilmi s’est spécialisé dans ce genre dans les années 1970. D’ailleurs, le premier film musical arabe Al-Warda albaidha (la rose blanche), avec Mohammad Abdalwahab dans le rôle principal, est sorti en 1933, une année après Awlad alzawat, le premier film parlant égyptien.Un «West side story dialna» ? Les auteurs du film eux-mêmes vous diront qu’il ne faut pas exagérer. Ce long métrage américain réalisé par Jérôme Robbins et Robert Wise est sorti en 1961. Il est une adaptation d’un spectacle de Broadway du même titre, adapté, de son côté de Roméo et Juliette de William Shakespeare. West Side Story (l’histoire du côté ouest) est un film dansant de la première à la dernière image, avec des chansons spécialement écrites pour le scénario et l’histoire du film. Ses auteurs ont placé la barre tellement haute que personne ne s’est risqué à vouloir les imiter. En outre, il faudrait avoir une sacrée dose d’audace pour faire un film aussi peu conforme et aussi peu commercial. Dans la revue de la presse nationale, nous avons trouvé un résumé de Essaha reprenant plus ou moins le synopsis du film. Des «plumes» ont également écrit que la musique est bonne, mais sans donner de précisions. Ainsi, on ne sait pas si ce sont des chansons originales ou des reprises, des chansons modernes (en anglais, par exemple) ou traditionnelles. Les écrits concernant la conférence de presse ne nous ont pas éclairé davantage, car certainement à l’affût du «scoop» sur l’éventuelle censure ou le budget, on oublie souvent d’informer le lecteur sur l’essentiel, c’est-à-dire en quoi consiste le film. Quoi qu’il en soit, ce genre de films va donner une autre image de la jeunesse algérienne, très différente des clichés colportés par cette «littérature» outre-mer qui parle d’un pays où on marie les filles de force à l’age de quatorze ans ou même moins. Essaha sortira dans les salles (les rares qui restent) en automne où il pourra être vu par le (rare) public qui va encore au cinéma.
Kader B.

tata bakhta sur F3

Publié le 26/07/2010 à 10:27 par algerietele Tags : tv comedie ramadhan
tata bakhta sur F3

Après le succès mitigé de son dernier long métrage de cinéma Harragas, Merzak Allouache revient à la télévision avec un téléfilm de commande pour France 3 intitulé Tata Bakhta. Comme d’habitude, c’est Merzak Allouache qui écrit le scénario en compagnie, cette fois, de sa femme Bahia Allouache. Cette fiction destinée à un public multiculturel, raconte l’histoire de Tata Bakhta, d’origine algérienne, qui débarque d’Oran chez ses neveux résidants dans une petite ville de province. Elle est venue surtout s’assurer que son frère a bien été enterré selon le rituel musulman. Le film de 90mn est un ensemble de quiproquos et de situations loufoques qui sont au menu de cette comédie sur le choc des cultures, des traditions et des différences. Un style que savoure bien le réalisateur de Omar Gatlato, puisque la majorité des films qu’il a réalisés en France s’inscrivent dans cette logique de choc culturel: Chouchou, Salut Cousin, Un amour à Paris et surtout Beb El Web.
En best star de cette comédie, Allouache a préféré Farida Ouchani, à Byouna. Farida Ouchani a un CV très étoffé dans le cinéma, la télévision et le théâtre. Elle a joué récemment pour France 3 dans le film de David Delrieux Garcon Manqué, mais aussi dans le dernier film de Kad Merad l’Italien et sera la vedette dans le prochain d’Eric et Ramzy, Hallal Police d’Etat. Un film policier loufoque qui se situe dans le quartier maghrébin de Barbès et qui met en vedette la femme d’un diplomate algérien (?). Ainsi, après le succès audiovisuel de Samia, Aïcha, c’est au tour de Tata Bakhta de perpétuer cette notion multiculturelle maghrébine et de consolider ce genre de créations audiovisuelles destinées à une cible de téléspectateurs maghrébins et musulmans. Il faut dire que les chiffres des audiences de Aïcha, produit par Amina Benguigui, ont encouragé ce genre de productions. Produit par Mima production, nouvelle filiale du groupe de Telfrance, dirigé par Michelle Podroznik, qui a produit des succès tels que Garonne, Tramontane, P.J., Les Cordier, juge et flic, Nom de code DP ou encore Retrouver Sara. Au sein de cette nouvelle filiale, Michelle Podroznik, accompagnée de Sébastien Combelles et en collaboration avec Joëlle Calvignac, développe de nouveaux formats et modes de production comme elle l’a fait avec P.J. en 1997 et Plus belle la vie en 2004 avec Hubert Besson.
Parler des Maghrébins, c’est bien! Mais aborder les vrais sujets, c’est mieux, car impossible d’aborder aujourd’hui, les véritables sujets qui fâchent les Beurs: la xénophobie, le racisme, le voile, ou encore le terroriste islamiste.
A ce jour, aucune production française n’a cru bon faire un film ou un téléfilm sur les événements de la banlieue qui ont secoué la France. Les productions préfèrent placer la culture maghrébine et leur caméra dans des sujets exotiques, dans la comédie mosaïque et folklorique.

amirasoltane


DERNIERS ARTICLES :
la Palestine pour les jeunes français
Des passages de nouveaux manuels d’histoire contemporaine à destination des classes de première générale, contestés par des associations juives, vont être “modifiés” à l’
la revue de presse
La célébration de la fête de l’Indépendance et de la Jeunesse, le message du roi du Maroc au président de la République et la crise libyenne constituent l’essentiel de l’
algerois au cinema!
L'association des réalisateurs indépendants A nous les écrans organise avec le soutien du ministère de la Culture et en partenariat avec le Centre algérien de la cinémato
F24 s'y met en Lybie
Nous avons décidé d'aider les gens qui font la révolution car comme en Libye, ce sont eux qui nous en ont fait la demande» Frank Melloul, directeur de la stratégie et du
le grand péché
La situation du païen est vraiment étonnante. Allah, le Seigneur de l’univers le crée tandis que lui adore un autre parmi les pierres, les arbres, les tombeaux, etc. qui
forum